JLE

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Intérêt du statut MGMT comme aide décisionnelle au choix de la chimiothérapie des tumeurs neuroendocrines Volume 31, numéro 5, Mai 2024

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
Hospices Civils de Lyon, Pavillon E, 1 étage, UJOMM, Hôpital Édouard Herriot, 69437 Lyon Cedex 03
* Correspondance : A. Durand

Les tumeurs neuroendocrines (TNE) sont majoritairement de primitif digestif (75 %) ou thoracique (25 %). La chimiothérapie reste le traitement de référence pour les TNE pancréatiques agressives ou les TNE de grade 3, et est une option pour certains cas sélectionnés de TNE d’origine thoracique ou du tube digestif. Les agents alkylants (ALKY) sont la référence pour les TNE pancréatiques, mais celles à base d’oxaliplatine semblent intéressantes, particulièrement en cas de proficience de l’enzyme O(6)-méthylguanine-méthyltransférase (MGMT), qui répare les lésions d’ADN induites par les ALKY. Les premières études sur ce sujet portaient sur les glioblastomes, où la méthylation de MGMT en pyroséquençage est maintenant utilisée pour prédire l’efficacité du témozolomide. Concernant son utilisation dans les TNE, il persiste des interrogations. La première est la technique et le seuil à utiliser pour l’obtention du statut MGMT, déficient (d) ou proficient (p), qu’il soit évalué en immunohistochimie (expression de la protéine) ou par pyroséquençage sans qu’il n’y ait à ce jour de recommandations dans les TNE. La deuxième concerne la fréquence du statut dMGMT, variable selon les primitifs : majoritaire dans les TNE pancréatiques mais très faible dans les TNE grêliques ou thoraciques, ce qui pourrait expliquer en partie leur moindre chimiosensibilité aux ALKY. Dans cette mise au point, nous présentons les résultats de 3 études prospectives récemment rapportées qui éclaircissent l’intérêt d’utiliser le statut MGMT pour orienter la prise en charge des TNE et le choix de la chimiothérapie, plutôt vers un ALKY (de type témozolomide/dacarbazine ou streptozotocine) en cas de TNE dMGMT et vers de l’oxaliplatine pour les TNE pMGMT.