John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Intérêt des anticorps sériques dans le diagnostic et le suivi des patients atteints de maladies chroniques inflammatoires intestinales : état des lieux en 2016 Volume 23, numéro 6, Juin 2016

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 CHU de Saint-Etienne, Laboratoire d’Immunologie, CIC 1408 INSERM, GIMAP EA3064,42023 Saint-Etienne, France
2 CHU de Saint-Etienne, Service de gastroentérologie, Université de Saint-Etienne, France
* Tirés à part

Les maladies chroniques inflammatoires intestinales sont des maladies auto-immunes relativement fréquentes dans la population. La clinique, la radiologie, l’endoscopie et la biologie doivent être associées afin de poser le diagnostic positif et de permettre leur suivi. Ainsi, la biologie est à la fois une aide au diagnostic de maladies chroniques inflammatoires intestinales, mais aussi une aide pour la distinction entre maladie de Crohn, rectocolite hémorragique et colites indifférenciées. Ces marqueurs trouvent aussi leur intérêt dans la prévention des rechutes, des complications, et le suivi des patients en rémission. Différents types de marqueurs sériques seront décrits et développés dans cette revue tels que les anticorps anti-glycans, anti-glycoprotéine 2 et anti-granulocyte macrophage colony-stimulating factor. Les anti-glycans peuvent être une aide au diagnostic positif. Lorsque plusieurs d’entre eux sont associés, ils permettent aussi une prédiction des complications des maladies inflammatoires chroniques intestinales. Les anticorps anti-glycoprotéine 2, trouvés dans les biopsies inflammatoires, sont plus présents lors d’atteinte iléale ou lors de complications telles les pouchites. Les anticorps anti-granulocyte macrophage colony-stimulating factorsemblent quant à eux plus intéressants dans le suivi de l’activité, ainsi que dans la prédiction de complications et de la chirurgie que dans le diagnostic de ces affections.