John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Intérêt de l’utilisation de prothèses couvertes pour les shunts intrahépatiques Volume 16, numéro 4, juillet-août 2009

Auteurs
Service d’hépatogastroentérologie, Fédération digestive Purpan CHU de Toulouse Place du Docteur-Baylac 31059 Toulouse cedex France, Service de radiologie CHU Rangueil Toulouse 1, avenue du Professeur-Jean-Poulhès TSA 50032 31059 Toulouse cedex France

Le transjugular intrahepatic portosystemic shunt (TIPS) est un équivalent d’anastomose porto-cave latéro-latérale qui met en communication une branche de la veine porte et une veine hépatique au travers du parenchyme hépatique. Le développement du TIPS n’a été possible qu’avec l’avènement des stents et grâce aux progrès dans les matériaux utilisés. Cette technique de radiologie interventionnelle permet d’éviter les inconvénients de la laparotomie. La création du shunt permet une diminution du gradient de pression portosystémique et met le patient cirrhotique à l’abri des complications de l’hypertension portale (HTP). Ainsi, le TIPS est une méthode efficace pour traiter ou prévenir les hémorragies digestives liées à l’HTP et pour le traitement de l’ascite réfractaire. Cependant, quelle qu’en soit l’indication, aucune amélioration de la survie globale n’a été observée dans les groupes de patients traités par TIPS par rapport à celle des groupes témoins. De plus, il existe une augmentation du risque d’encéphalopathie hépatique chez les patients traités par TIPS. Enfin, les prothèses métalliques non couvertes habituellement utilisées ont un taux de dysfonction de près de 80 % à deux ans. Cette dysfonction s’accompagne d’une récidive de l’HTP et de ses complications. Cela impose une surveillance régulière et des réinterventions fréquentes pour maintenir la perméabilité du shunt. Pour ces raisons, le TIPS est actuellement un traitement de deuxième ou troisième ligne dans la prise en charge des complications de l’HTP. L’utilisation de prothèses couvertes en polytétrafluoroéthylène (PTFE) réduit considérablement le taux de dysfonction des shunts. Ce progrès technique s’accompagne également d’une amélioration clinique avec une diminution du risque de récidive des complications liées à l’HTP. Cela conduit à réévaluer la place du TIPS dans l’arsenal thérapeutique de l’HTP.