John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Intérêt de la macrodilatation du sphincter d’Oddi après sphinctérotomie endoscopique dans le traitement des gros calculs et empierrements cholédociens Volume 23, numéro 2, Février 2016

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
CHU Estaing Clermont-Ferrand,
service de médecine digestive et hépatobiliaire,
1, place Lucie-et-Raymond-Aubrac,
63003 Clermont-Ferrand,
France
* Tirés à part

La macrodilatation du sphincter d’Oddi combinée à une sphinctérotomie endoscopique (SE) a été rapportée comme une alternative à la sphinctérotomie endoscopique seule pour les calculs cholédociens d’extraction difficile. Cette technique est réalisée avec des ballons de dilatation entérale de 12 à 20 mm de diamètre, la durée optimale de dilatation n’est pas consensuelle. En cas de calculs supérieurs ou égaux à 12 mm ou multiples, elle apparaît au moins aussi efficace que la SE mais diminue le recours à une lithotripsie mécanique ainsi que la durée de fluoroscopie et le coût de la procédure. Elle n’est pas significativement plus morbide que la SE en termes de pancréatite, d’hémorragie, de perforation et d’angiocholite. Elle devrait être évitée cependant en cas de sténose biliaire distale qui apparaît comme un facteur de risque de perforation. Une « courte » sphinctérotomie est généralement réalisée car elle pourrait réduire le risque hémorragique par rapport à une sphinctérotomie « complète ». Cette technique est aussi efficace et sûre en cas de fistulotomie préalable ou de diverticule péri-ampullaire. Le taux de récidive de lithiase de la voie biliaire principale est faible à moyen terme avec cette technique.