John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Insuffisance rénale aiguë chez le malade atteint de cirrhose Volume 15, numéro 4, Juillet-Août 2008

Auteurs
AP-HP, Service d’Hépato-Gastroentérologie, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, 47 bd de l’hôpital, 75013 Paris, France

L’insuffisance rénale aiguë est une complication sévère de la cirrhose, au pronostic défavorable. Les étiologies en sont multiples. La majorité des insuffisances rénales sont d’origine prérénale, le plus souvent par hypovolémie vraie, plus rarement et chez les malades ayant une cirrhose évoluée en raison d’un syndrome hépatorénal, avec ou sans infection. L’administration de médicaments ou produits néphrotoxiques peut favoriser l’hypoperfusion rénale ou entraîner une nécrose tubulaire aiguë. Le bilan étiologique doit comprendre des examens biologiques et urinaires standard ainsi qu’une échographie rénale et des voies excrétrices. Les indications de la ponction-biopsie rénale sont limitées. Les principaux facteurs pronostiques sont le stade de sévérité de la cirrhose et l’existence d’un syndrome d’inflammation et de réponse systémique, même en l’absence d’infection. Le traitement dépend de la cause. Dans tous les cas, les produits néphrotoxiques doivent être arrêtés. Le traitement idéal du syndrome hépatorénal est la transplantation hépatique. En l’attente de celle-ci, le traitement recommandé est l’association d’un vasoconstricteur, la terlipressine, et d’albumine, qui doit être poursuivie en cas de diminution de la créatininémie. En cas de nécrose tubulaire aiguë, le traitement est symptomatique, et l’épuration extra-rénale doit être discutée au cas par cas en fonction du projet thérapeutique. La prévention de l’insuffisance rénale chez le malade atteint de cirrhose est très importante. Chez les malades présentant une infection spontanée du liquide d’ascite, la perfusion d’albumine en association aux antibiotiques augmente la survie. Lors de l’injection de produits de contraste iodés, il est préconisé d’administrer de la N acétyl cystéine. Dans tous les cas, les médicaments néphrotoxiques tels les AINS ou aminosides doivent être proscrits.