John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Ingestion de corps étrangers : quand et que voir ? Volume 25, supplément 4, Décembre 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Ambroise Paré, Service hépato-gastroentérologie, 9 avenue Charles De Gaulle, 92104 Boulogne Billancourt, France
2 Hôpital Necker Enfants Malades, Service Explorations fonctionnelles digestives, 149 rue de Sèvres, 75015 Paris, France
* Tirés à part

L’ingestion de corps étrangers (CE) concerne surtout les enfants (80 %) et est alors le plus souvent accidentelle. Chez les adultes, l’ingestion survient principalement les patients édentés, prisonniers ou présentant une maladie psychiatrique. Une hypersialorrhée et l’impossibilité d’ingérer des liquides évoquent une obstruction complète de l’œsophage. Une fois l’œsophage franchi, le CE est asymptomatique dans la majorité des cas. Les sites de blocage les plus fréquents sont le duodénum, la valvule iléo-cæcale et l’appendice. L’examen clinique est indispensable pour la recherche de complications. Une extraction endoscopique est nécessaire dans 10 à 20 % des cas et un traitement chirurgical dans 1 %. L’indication d’un traitement endoscopique repose sur l’absence de contre-indication (bodypacking ou complications) et sur la stratification du risque dépendant du délai post-ingestion, de la nature (nombre, taille, forme, contours, composition/contenu) et de la localisation du corps étranger. Le CE n’est pas trouvé lors de l’endoscopie haute dans un tiers des cas et l’échec de l’extraction survient dans 6 % des cas.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International