John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Ingestion de caustique : quand et que voir ? Volume 25, supplément 4, Décembre 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6

Tableaux

Auteurs
Hôpital Ambroise Paré, Service d’hépato-gastroentérologie, 9 avenue Charles De Gaulle, 92104 Boulogne Billancourt, France
* Tirés à part

L’ingestion de caustique touche huit fois sur dix la population pédiatrique (majoritairement accidentelle) et les adultes dans les autres cas (autolyse) occasionnant des atteintes plus sévères. Le bilan initial comprend l’heure de l’ingestion, les caractéristiques de l’agent caustique (pH, consistance), la quantité ingérée et le contexte d’ingestion (accidentel ou suicidaire). La prise en charge, multidisciplinaire, débute par une évaluation ORL pour le bilan des atteintes buccales et laryngée et la recherche de contre-indication à la gastroscopie. Cette dernière doit être réalisée sous anesthésie générale chez un patient intubé-ventilé avec une insufflation réglée au minimum dans les 6 à 24 heures après l’ingestion. La description endoscopique des lésions fait appel à la classification de Zargar. La fibroscopie bronchique est nécessaire en cas de nécrose au niveau des deux tiers supérieurs de l’œsophage. La place de la gastroscopie dans l’évaluation des lésions sera peut-être réduite à l’avenir où elle sera remplacée par le scanner cervico-thoraco-abdominal.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International