John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Implications physiopathologiques des cytochromes P450 Volume 12, numéro 4, Juillet-Août 2005

Auteur
Inserm U481, Faculté de Médecine Xavier Bichat, 16 rue Henri Huchard, 75018 Paris

Les cytochromes P450 sont des enzymes du métabolisme des xénobiotiques, quelles que soient leurs origines : médicamenteuses, industrielles ou alimentaires. Ces enzymes sont présents essentiellement dans le foie mais aussi en plus faible quantité dans le rein, le poumon, l’intestin, la peau… Les cytochromes P450 sont capables de générer des métabolites réactifs vis-à-vis de certaines macromolécules (acide nucléique, protéines, lipides insaturés) qui sont très toxiques et responsables en particulier d’hépatite toxique (paracétamol, laxatif, bromobenzène…). La modification par un métabolite réactif du cytochrome P450, peut aussi entraîner une réaction dirigée contre le cytochrome P450 et être responsable d’hépatite immunoallergique (Népressol ®, acide tiénilique, halothane). Les cytochromes P450 peuvent intervenir dans le stress oxydatif comme cela a été démontré au cours de l’infarctus du myocarde où l’administration d’inhibiteurs du cytochrome P450 diminue la taille de l’infarctus. En plus de leur localisation dans le réticulum endoplasmique, les cytochromes P450 peuvent être présents dans les mitochondries où ils possèdent des propriétés enzymatiques propres. Par ailleurs, des mutants au niveau de certains gènes des cytochromes P450 sont responsables de maladies congénitales telles que le glaucome, les hypercholestérolémies résistantes aux statines, la xanthomatose tendineuse.