John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Impact des traitements dans les MICI sur l’immunité anti-SARS-CoV-2 au cours de la pathologie Covid-19 ou sur l’efficacité vaccinale Volume 28, supplément 5, Novembre 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteur
1 Laboratoire d’Immunologie, CHU Saint-Etienne, F42023 Saint-Etienne
2 CIRI – Centre International de Recherche en Infectiologie, Team GIMAP, Univ Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1, Inserm, U1111, CNRS, UMR530, CIC 1408 Vaccinology, F42023 Saint-Etienne
* Correspondance

Cette revue a pour but de résumer les preuves actuelles concernant les risques et les implications de la Covid-19 chez les patients atteints de maladies inflammatoires de l’intestin (MICI) et discuter de la gestion optimale des MICI pendant cette pandémie. Les patients atteints de MICI ne présentent pas de risque accru de contracter la Covid-19, mais plusieurs facteurs de risque associés aux formes sévères ont été identifiés, tels que les MICI actives, l’obésité et l’utilisation de corticostéroïdes. Même si les biothérapies actuelles utilisées dans les MICI n’ont jamais été associées à un risque accru d’infection ou de formes sévères de Covid-19, des données récentes démontrent que l’utilisation d’anti-TNF pourrait être associée à une capacité réduite des patients traités à produire des anticorps neutralisants contre le virus SARS-CoV-2. Il semble également que les patients sous anti-TNF ou védolizumab seraient moins sensibles à la vaccination que d’autres patients traités par d’autres biothérapies. Il est fortement recommandé cependant de vacciner les patients MICI avec des vaccins contre la Covid-19, en particulier des vaccins ARNm pour leur plus grande immunogénicité. Il semble également probable qu’il faudra réfléchir à des schémas vaccinaux adaptés pour les patients MICI dans le futur afin de maintenir un bon niveau de protection.