John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Immunothérapie : perspectives thérapeutiques dans le carcinome hépatocellulaire et gestion des effets secondaires digestifs Volume 23, numéro 6, Juin 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
CHU de Vandoeuvre-lès-Nancy,
service d’hépato-gastro-entérologie,
5, rue du Morvan,
54510 Vandoeuvre-lès-Nancy,
France ;
Université de Lorraine,
INSERM U954,
France
* Tirés à part

Le système immunitaire intervient dans la prévention et le contrôle des tumeurs, ce phénomène est appelé l’immuno-surveillance antitumorale. L’immunotolérance hépatique constitue un frein à l’obtention d’une réponse efficace face aux antigènes tumoraux du carcinome hépatocellulaire (CHC). Le but de l’immunothérapie dans le CHC est d’orienter et mobiliser la réponse immunitaire anti-tumorale en utilisant 3 stratégies différentes : l’immunothérapie adoptive, la vaccination thérapeutique et le blocage des points de contrôle immunitaire. Cette dernière stratégie utilise le blocage des récepteurs présents sur les lymphocytes T, qui, associés à leurs ligands, entraînent une cascade de signaux inhibiteurs de l’activation et de la prolifération lymphocytaire. Les anticorps monoclonaux anti-CTLA-4 et anti-PD1 sont les deux principaux traitements inhibiteurs des points de contrôle immunitaire (ICPI) en cours de développement clinique. Les toxicités principales, comprenant des atteintes digestives et hépatiques, sont d’origine immunologique.