John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Hépatosidérose dysmétabolique Volume 15, numéro 1, janvier-février 2008

Auteurs
Service des Maladies du Foie, CHU Pontchaillou, 35033 Rennes, Centre d’Investigation Clinique Inserm 0203, Service d’Endocrinologie, CHU Pontchaillou, 35033 Rennes

L’hépatosidérose dysmétabolique (HSD) se définit comme une surcharge en fer inexpliquée chez un patient présentant par ailleurs une ou plusieurs anomalies métaboliques incluant surpoids, obésité androïde, tension artérielle élevée, dyslipidémie et trouble du métabolisme du glucose. Sa prévalence est de l’ordre de 1 à 2 % dans les populations européennes. L’HSD concerne surtout l’homme de la cinquantaine. Elle se traduit par une hyperferritinémie à saturation de la transferrine le plus souvent normale et s’associe dans 50 % des cas à une stéatohépatite et dans 12 % des cas à une fibrose hépatique sévère. Son affirmation nécessite une preuve directe de l’excès de fer par IRM, saignées voire biopsie hépatique. Ses causes demeurent incertaines mais sa présence pourrait être associée à un risque de majoration de l’insulinorésistance et à un risque accru de complications vitales, notamment cancéreuses. Pour ces raisons, une déplétion martiale est souvent engagée bien que la preuve n’ait pas été faite de son efficacité en termes de morbidité et de mortalité à long terme.