John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Hépatopathies associées aux maladies inflammatoires chroniques intestinales Volume 4, numéro 2, Mars - Avril 1997

Auteurs
Services d'hépato-gastroentérologie et d'anatomie pathologique, hôpital de La Source, CHR d'Orléans, BP 6709, 45067 Orléans Cedex 2.

Les anomalies hépatiques, en particulier biologiques, au cours d'une rectocolite hémorragique ou d'une maladie de Crohn, sont très fréquentes. La stéatose est due au déficit nutritionnel et peut régresser avec le traitement de la poussée. L'apparition de perturbations biologiques, surtout si elle est accompagnée de manifestations d'hypersensibilité, doit faire envisager la toxicité de l'azathioprine ou de la sulfasalazine. La cholangite sclérosante primitive et le cholangiocarcinome sont les hépatopathies les plus spécifiques des maladies inflammatoires chroniques intestinales. Elles évoluent indépendamment de la maladie intestinale et dominent parfois l'évolution clinique et pronostique. Un diagnostic précoce améliore les résultats de leur traitement. Elles peuvent conduire à une transplantation hépatique. Des hépatites chroniques actives avec des formes de passage vers la cholangite sclérosante, peu sensibles aux immunosuppresseurs, une cirrhose et un carcinome hépato-cellulaire peuvent s'observer. La fréquence de la lithiase biliaire est accrue. Une granulomatose hépatique, une amylose hépatique, un abcès du foie sont parfois associés.