John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Hépatite chronique C et stéatose Volume 12, numéro 2, Mars-Avril 2005

Auteur
Hépato-Gastroentérologie, hôpital Beaujon et Inserm U481, 100 bd du Général Leclerc, 92118 Clichy

L’infection par le VHC est responsable de 70 % des cas d’hépatites chroniques. L’hépatite chronique C est généralement asymptomatique et son diagnostic est souvent fortuit, parfois à un stade évolué de la maladie. La sévérité de la maladie hépatique liée au VHC est très variable mais peut, dans 20 à 30 % des cas, être responsable d’une cirrhose puis d’un carcinome hépatocellulaire, dans un délai qui varie de quelques années à plusieurs décades. En France, l’hépatite chronique C est la deuxième cause de cirrhose et de carcinome hépatocellulaire après l’alcool, ces deux causes étant souvent associées.Le terme Nonalcoholic fatty liver disease (NAFLD) désigne un large ensemble de pathologie hépatique allant de la simple stéatose – sans inflammation ni nécrose –, jusqu’à une inflammation importante avec une fibrose extensive ou une cirrhose. L’histoire naturelle du NAFLD est mal connue puisque les différentes études ont inclus des critères de définition différents et que la plupart d’entre elles sont rétrospectives. Il est habituellement admis que la stéatose pure a un bon pronostic alors que la stéato-hépatite non alcoolique (NASH) peut dans un certain nombre de cas progresser vers la cirrhose. Il faut remarquer que la plupart des données dont nous disposons sont rétrospectives.