John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Hémorragies digestives d’origine intestinale Volume 15, numéro 3, Mai-Juin 2008

Auteurs
Fédération des Spécialités Digestives, Hôpital Ambroise Paré, 9, Avenue Charles de Gaulle, 92100 Boulogne

Environ 5 % des hémorragies digestives sont d’origine intestinale c’est-à-dire par définition en rapport avec une lésion située au-delà de l’angle de Treitz. Dans la plupart des cas, l’hémorragie va cesser spontanément et les explorations diagnostiques devront être réalisées dès que possible. Ces dernières devront d’abord rechercher avec rigueur une cause haute ou basse colique car la symptomatologie clinique est non spécifique (méléna, rectorragies) et ce d’autant que dans près d’un cas sur 2, la réalisation d’explorations du grêle permettra de découvrir une lésion non grêlique méconnue lors du premier bilan étiologique. Les causes intestinales d’hémorragies sont dominées par les anomalies vasculaires surtout acquises, les tumeurs (primitives, métastatiques, lymphomes, GIST), les ulcérations et à un moindre degré le diverticule de Meckel. Le diagnostic des lésions de l’intestin grêle a beaucoup bénéficié des méthodes modernes d’exploration du grêle (vidéocapsule endoscopique, entéroscopie à double ballon) qu’il faut proposer précocement en cas de négativité de l’endoscopie haute et de la coloscopie. Le choix et la séquence des examens à visée diagnostique seront fonctions du tableau clinique, du terrain et de la disponibilité des différentes explorations endoscopiques et de plus en plus souvent radiologiques, elles aussi en plein développement. Dans les rares cas d’hémorragie active, une tomodensitométrie avec injection et/ou une artériographie ont d’autant plus de chance de localiser le saignement que ce dernier est abondant.