John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Génétique moléculaire des prédispositions familiales aux cancers coliques Volume 2, numéro 1, Janvier - Février 1995

Auteur
service d'hépato-gastroentérologie, CHU Cochin, 27, rue du Faubourg- Saint-Jacques, 75679 Paris Cedex 14, France.

A la fin de 1994, cinq gènes sont connus pour tre la cible de mutations constitutionnelles responsables de prédispositions autosomiques dominantes à des cancers colorectaux. L'identification de ces mutations est la base du diagnostic moléculaire de telles prédispositions, qu'on propose aux familles volontaires pour guider les mesures de dépistage ou de prophylaxie, et mieux comprendre les variations éventuelles d'expression et de pénétrance. Le gène APC, impliqué dans les polyposes adénomateuses familiales, fut le premier connu (1991) ; l'inventaire de ses mutations constitutionnelles (mutations stop, qui tronquent la protéine APC) a permis de démontrer : (1) que le diagnostic en est possible chez 70 à 80 % des proposants atteints (et par conséquent des membres de leurs familles) ; (2) qu'il existe peu de relations utilisables en pratique clinique entre l'anomalie génotypique et le phénotype ; (3) que la protéine APC est impliquée dans l'adhésion et la communication intercellulaires, et qu'elle pourrait tre le support de méthodes immunohistochimiques simplifiant le diagnostic des mutations ; (4) qu'il existe des protéines partenaires au niveau cellulaire, dont l'identification aiderait à la compréhension de la maladie et de ses expressions. Les gènes impliqués dans les cancers coliques familiaux sans polypose sont actuellement au nombre de quatre, identifiés dans les douze derniers mois : hMSH2 (mutS), hMLH1, hPMS1 et hPMS2 (mutL). Ils codent pour des protéines de réparation des défauts d'appariement de l'ADN. Leur inactivation est la cause d'erreurs de réplication décelables au niveau de l'ADN des tumeurs. Ce stigmate moléculaire acquis est à l'étude comme moyen de tri, au sein des cancers colorectaux, de ceux qui seraient compatibles avec une prédisposition constitutionnelle. L'inventaire des mutations constitutionnelles des quatre gènes débute seulement. L'enjeu médical du diagnostic moléculaire est ici de reconnaître des affections que les critères généalogiques (notoirement insuffisants) et médicaux sous-estiment. Le disposif d'approche médicale des personnes atteintes ou à risque repose sur une collaboration des cliniciens avec quelques consultations spécifiques d'oncologie génétique qui se créent sur notre territoire.