John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Formation des internes à l’endoscopie thérapeutique sur modèle animal Volume 11, numéro 4, Juillet-Août 2004

Auteurs
Service d’hépato‐gastroentérologie, Hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg Saint‐Jacques, 75014 Paris Service d’hépato‐gastroentérologie, CHU Dupuytren, Limoges Department of Medicine I, University of Erlangen‐Nuremberg, Ulmenweg 18, D‐91054 Erlangen, Allemagne Department of Medicine III, Gastroenterology, St. Bernward Hospital, Treibe‐Strasse 9, 31134 Hildesheim, Allemagne

L’apprentissage des techniques d’endoscopie interventionnelle se fait actuellement par compagnonnage. Cette méthode présente des inconvénients liés à l’inégalité de la valeur formatrice des stages en termes de recrutement de patients, de disponibilité et de compétence des seniors. De plus, l’enseignement est difficilement évaluable. Ces dernières années a été mis au point un modèle reproduisant l’endoscopie haute chez l’homme. Ce modèle (EASIE) utilise un bloc œso‐gastro‐duodénal de porc et un système de perfusion de substitut sanguin. Il peut reproduire différentes situations clinico‐endoscopiques : hémorragie ulcéreuse, varices œso‐gastriques, tumeurs digestives. La formation aux techniques d’hémostase endoscopique a été évaluée avec ce modèle dans un groupe d’internes en fin de spécialisation. Elle concerne la sclérose endoscopique, la coagulation par sonde bipolaire, la mise en place d’hémoclips et de ligature élastique sur des varices. Cette méthode permet également une évaluation reproductible de l’acquisition des techniques. Il reste à apprécier l’impact réel de la formation au biosimulateur sur les performances des endoscopistes en pratique quotidienne.