John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Foie et maladie cœliaque Volume 7, numéro 6, Novembre - Décembre 2000

Auteur
Service d’hépato-gastroentérologie, centre hospitalier du Grand-Hornu, route de Mons, 63, B-7301 Hornu, Belgique.

La maladie cœliaque, caractérisée par une atrophie des villosités de la muqueuse intestinale et par la présence d’anticorps anti-endomysium, peut s’accompagner de diverses manifestations extra-intestinales. L’atteinte hépatique est l’une des plus fréquentes. L’association de la maladie cœliaque à certaines hépatopathies chroniques, telles la cirrhose biliaire primitive et l’hépatite auto-immune, est clairement établie. Par ailleurs, la maladie cœliaque s’accompagne, dans 20 % à 53 % des cas, d’une cytolyse chronique, qui disparaît après instauration du régime sans gluten. Dans les études récentes, la maladie cœliaque est associée à 9 % des hépatopathies chroniques d’origine inexpliquée. Étant donné la prévalence élevée de cette entéropathie dans nos populations, une recherche des anticorps anti-endomysium doit être réalisée devant toute cytolyse d’origine indéterminée, même en l’absence de tout symptôme digestif.