John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Évaluation de la fibrose hépatique Volume 12, numéro 4, Juillet-Août 2005

Auteurs
Département d’hépatogastroentérologie, CHU de Grenoble, BP217, 38043 Grenoble Cedex 09, Unité Inserm U548, CEA-G/DRDC/ICH, 17, rue des Martyrs, 38540 Grenoble Cedex 09

Il est important d’évaluer le degré de fibrose hépatique au cours de la prise en charge de la plupart des hépatopathies chroniques dont le risque principal est l’évolution vers la cirrhose. La ponction biopsie hépatique qui permet l’analyse histologique du foie reste aujourd’hui l’examen de référence. La biopsie a toutefois certains inconvénients tels que son caractère invasif et son coût. Sa précision diagnostique n’est par ailleurs pas parfaite en raison du manque de reproductibilité des scores histologiques utilisés et du biais d’échantillonnage lié à une distribution hétérogène de la fibrose au sein du parenchyme hépatique. Ces inconvénients ont conduit de nombreuses équipes à proposer des méthodes alternatives telles que l’utilisation de marqueurs sériques reflétant le degré de fibrose hépatique. L’utilisation d’algorithmes a permis de dériver des scores combinant plusieurs variables biologiques. Le plus connu est le Fibrotest, qui est une variable linéaire donnant une estimation du stade de fibrose METAVIR. Les discordances entre le Fibrotest et la biopsie sont toutefois fréquentes en particulier pour les stades intermédiaires de fibrose. L’apparition, d’une part, de nouveaux tests combinant des marqueurs directement impliqués dans la physiopathologie de la fibrose et, d’autre part, de l’élastométrie devraient permettre d’améliorer dans le futur le diagnostic non invasif de la fibrose et peut-être de supplanter la biopsie hépatique dans cette indication.