John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Effets des cytokines sur le foie au cours de la réaction inflammatoire Volume 3, numéro 5, Septembre - Octobre 1996

Auteurs
Service d'hépatologie, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général- Lecerc, 92118 Clichy Cedex, France.

Au cours de la réaction inflammatoire, les cytokines pro-inflammatoires sont synthétisées par différentes cellules de l'organismes et en particulier par les macrophages. Ces molécules sont responsables des effets généraux observés au cours de la réaction inflammatoire, tels que la fièvre, la leuconeutropénie. Les hépatocytes et les cellules sinusoïdales possèdent des récepteurs membranaires pour ces cytokines. Par l'intermédiaire de ces récepteurs, les cytokines modulent certaines fonctions hépatiques, en particulier, la synthèse des protéines de la phase aiguë. Ces protéines sont synthétisées précocement au cours de la réaction inflammatoire. On distingue deux types de gènes : les gènes de types 1 régulés à la fois par l'interleukine 1 (IL-1), le tumor necrosis factor (TNF), les glucocorticoïdes et l'interleukine 6 (IL-6), et les gènes de type 2 régulés uniquement par IL-6 et les glucocorticoïdes. Les cytokines pro-inflammatoires modulent aussi le métabolisme lipidique, entraînant une hypertriglycéridémie. Elles interviennent dans le métabolisme des xénobiotiques en inhibant l'activité de certaines enzymes du système des cytochromes-P-450. Elles peuvent induire un syndrome de cholestase, dont le mécanisme est actuellement mal compris. Il pourrait s'agir d'une diminution d'activité de la Na+-K+-ATPase. Les modifications du métabolisme hépatique au cours de la réaction inflammatoire sont constantes, mais il existe de nombreux mécanismes régulateurs permettant de les limiter.