John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Dilatation endoscopique par ballonnet comparée à la sphinctérotomie pour l’extraction des lithiases biliaires Volume 12, numéro 2, Mars-Avril 2005

Auteur
  • Page(s) : 155
  • Année de parution : 2005

Auteur(s) : Thierry Piche

Sario JAD, Freeman ML, Bjorkman DJ, MacMathuna P, Petersen BT, Jaffe PE, et al. Endoscopic balloon dilation compared with sphincterotomy for extraction of bile duct stones. Gastroenterology 2004 ; 127 : 1291-9

Des lithiases de la voie biliaire principale sont mises en évidence chez environ 15 % des malades porteurs d’une ou plusieurs lithiases symptomatiques de la vésicule biliaire [1]. La cholangiographie rétrograde endoscopique (ERCP) avec sphinctérotomie est actuellement la procédure de choix pour extraire les calculs cholédociens. Après la section diathermique du versant biliaire du sphincter d’Oddi, un ballonnet ou une dormia permettent l’extraction des calculs dans plus de 90 % des cas avec une morbidité d’environ 10 % [2]. Le reflux entérobiliaire qui apparaît après sphinctérotomie favorise la colonisation bactérienne des voies biliaires, une augmentation de la lithogenèse et une inflammation chronique des canaux biliaires [3]. Ainsi, de nouveaux calculs cholédociens, une cholangite, des sténoses du sphincter d’Oddi ou des douleurs abdominales chroniques sont observés dans 4 à 24 % des cas dans les 15 ans après la sphinctérotomie. Bien que ces complications soient le plus souvent traitées au cours d’une nouvelle ERCP, le pronostic à long terme (> 15 ans) des sphinctérotomies n’est pas connu.
La dilatation au ballonnet du sphincter d’Oddi a été proposée afin d’éviter la morbidité liée à la sphinctérotomie. Plusieurs séries ouvertes et quelques travaux prospectifs randomisés ont montré que les taux de morbidité étaient identiques quelles que soient les procédures endoscopiques utilisées (sphinctérotomie ou dilatation au ballonnet). Le but de la présente étude était de comparer le devenir à court terme des malades ayant bénéficié d’une ERCP avec sphinctérotomie ou dilatation du sphincter d’Oddi au ballonnet pour extraction de calculs cholédociens. Dans cette étude randomisée, 117 malades ont bénéficié d’une dilatation du sphincter d’Oddi et 120 d’une sphinctérotomie endoscopique. Les caractéristiques des malades, les procédures endoscopiques étaient identiques entre les deux bras, excepté l’âge des malades significativement plus bas dans le bras dilatation. Les procédures endoscopiques étaient efficaces dans 97,4 % et 92,5 % respectivement pour la sphinctérotomie et la dilatation. La morbidité était de 17,9 % pour la dilatation et 3,3 % pour la sphinctérotomie avec deux décès dans le bras dilatation (p < 0,004, différence 6,8 ; IC 95 % : 2,3-11,4). La survenue de pancréatites était significativement plus élevée dans le groupe traité par dilatation. De même, les dilatations oddiennes étaient associées à des séjours hospitaliers plus longs. Cette étude prospective contrôlée montre clairement que l’extraction de calculs de la voie biliaire principale par dilatation du sphincter d’Oddi devrait être évitée en pratique clinique.

Références

1. Rhodes M, Sussman L, Cohen L, Lewis MP. Randomized trial of laparoscopic exploration of common bile duct versus postoperative endoscopic retrograde cholangiography for common bile duct stones. Lancet 1998 ; 351 : 159-61.

2. Cotton PB, Lehman G, Vennes J, Geenen JE, Russel RC, Meyers WC, et al. Endoscopic sphincterotomy complications and their management : an attempt at consensus. Gastrointest Endosc 1991 ; 37 : 383-93.

3. Bergman JJ, van Berkel AM, Groen AK, Schoeman MN, Offerhaus J, Tytgat GN, et al. Biliary manometry, bacterial characteristics, bile composition, and histologic changes fifteen to seventeen years after endoscopic sphincterotomy. Gastrointest Endosc 1997 ; 45 : 400-5.