John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Diagnostic, causes et pronostic de l’insuffisance rénale aiguë au cours de la cirrhose Volume 26, numéro 2, Février 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Universitaire Jean Minjoz, Service d’hépatologie et de soins intensifs digestifs, Boulevard Flemming, 25030 Besançon cedex
2 Hôpital Universitaire Jean Minjoz, Service de néphrologie, 25030 Besançon
3 Hôpital Beaujon, Service d’hépatologie, Clichy
* Correspondance
  • Mots-clés : insuffisance rénale aiguë, nécrose tubulaire aiguë, syndrome hépatorénal
  • DOI : 10.1684/hpg.2019.1738
  • Page(s) : 192-9
  • Année de parution : 2019

L’insuffisance rénale aiguë (ou « AKI » pour « acute kidney injury ») est un évènement fréquent au cours de la cirrhose. La physiopathologie de l’insuffisance rénale aiguë fait intervenir une vasodilatation artérielle splanchnique sévère et une inflammation systémique. La présence d’une cardiomyopathie associée à la cirrhose peut contribuer également à l’hypoperfusion rénale. Les principales causes d’insuffisance rénale aiguë comprennent l’insuffisance rénale aiguë pré-rénale, la nécrose tubulaire aiguë et le syndrome hépatorénal (SHR). L’insuffisance rénale aiguë est généralement favorisée par un événement aigu, tel qu’une hypovolémie associée à une prise excessive de diurétiques ou de lactulose, une hémorragie digestive, une paracentèse de grand volume non compensée par une perfusion d’albumine ou une infection bactérienne. L’insuffisance rénale aiguë est désormais définie par, soit une augmentation absolue de la créatininémie ≥ 26,4 μmol/L en moins de 48 heures, soit une augmentation ≥ 50 % sur une période de 7 jours. Une classification en trois stades de l’insuffisance rénale aiguë a permis d’élaborer un nouvel algorithme pour une prise en charge plus rapide de ces patients. Le pronostic diffère selon la cause de l’insuffisance rénale aiguë ; les patients avec une insuffisance rénale aiguë en rapport avec un SHR ou une nécrose tubulaire aiguë ont un pronostic plus sombre que ceux ayant une insuffisance rénale aiguë pré-rénale. La sévérité, la fréquence et la durée de l’insuffisance rénale aiguë favorisent l’apparition d’une insuffisance rénale chronique ; la prévention de l’insuffisance rénale aiguë et le traitement précoce de celle-ci doivent désormais être une priorité pour les hépatologues.