JLE

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Dépistage des cancers chez le transplanté hépatique : pensons au canal anal ! Volume 31, numéro 6, Juin 2024

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 CHU de Montpellier, Hôpital Saint-Eloi, Pôle Digestif, Service d’hépato-gastroentérologie et transplantation, 80 avenue Fliche, 34295 Montpellier Cedex 5
2 Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph, Institut de proctologie, 185, rue Raymond Losserand, 75014 Paris
* Correspondance : E. Malézieux

Les patients transplantés hépatiques ont un risque augmenté de carcinome épidermoïde anal. Certains groupes de patients à haut risque ont été identifiés, notamment les femmes transplantées d’organe solide depuis plus de dix ans. De nouvelles recommandations de dépistage ont été publiées au début de l’année 2024. L’enjeu est au dépistage des lésions dysplasiques de haut grade, dont il a été prouvé que le traitement diminuait le risque d’apparition d’un carcinome épidermoïde anal. Il est proposé la réalisation d’un test de détection de l’HPV16, puis en cas de positivité, la réalisation d’un examen proctologique avec anuscopie standard et d’une cytologie anale. Si des lésions cytologiques sont mises en évidence, une anuscopie de haute résolution doit être réalisée. Il est donc nécessaire que les équipes de transplantation hépatique et de colo-proctologie se coordonnent afin de proposer un dépistage systématique.