John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Conséquences nutritionnelles des maladies inflammatoires cryptogénétiques de l’intestin Volume 12, numéro 2, Mars-Avril 2005

Auteurs
Fédération d’Hépato-Gastroentérologie et de Nutrition Clinique hôpital de l’Archet 2, CHU de Nice, 06202 Nice cedex 03

Soixante-quinze pour cent des malades hospitalisés pour une maladie de Crohn sont dénutris et un tiers des patients porteurs d’une maladie de Crohn ont un indice de masse corporelle inférieur à 20. Chez ces malades, une diminution de la masse et de la force musculaire a été démontrée. De nombreuses carences en vitamines et en micronutriments sont retrouvées chez les malades porteurs d’une maladie inflammatoire cryptogénétique de l’intestin. Les carences en vitamines B9 et B12 peuvent avoir des conséquences importantes en favorisant notamment une hyperhomocystéïnémie associée à un risque accru de thrombose veineuse. Les anomalies nutritionnelles observées au cours des MICI sont favorisées en premier lieu par les carences d’apport mais aussi par la malabsorption et l’entéropathie exsudative ainsi que par les anomalies métaboliques propres à l’affection chronique ou dues aux traitements, en particulier la corticothérapie. Le dépistage des troubles nutritionnels est indispensable au cours de ces affections chroniques bénignes. La prise en charge va de simples conseils alimentaires associés ou non à une supplémentation vitaminique, à l’assistance nutritive dans les cas les plus graves et notamment chez l’enfant afin de limiter les conséquences de l’affection sur la croissance.