John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Complications thromboemboliques veineuses et artérielles des maladies inflammatoires intestinales Volume 22, numéro 3, Mars 2015

Tableaux

Auteurs
1 CHU d’Amiens,
Hôpital Nord,
service d’hépato-gastroentérologie,
Place Victor Pauchet,
80000 Amiens,
France
2 CHU d’Amiens,
Hôpital Sud,
service de médecine vasculaire,
80 000 Salouel,
France
* Tirés à part

Il existe une augmentation du risque thromboembolique veineux au cours des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI). Cet état pro-coagulant n’est pas lié à des anomalies génétiques de l’hémostase mais à des facteurs acquis, secondaires à l’état inflammatoire. Ce risque est au moins multiplié par 2 en cas de MICI en comparaison à la population générale. Il est lié à l’activité de la maladie. La majorité des accidents thrombotiques veineux surviennent en ambulatoire où le risque semble supérieur. La prévention médicamenteuse est recommandée en cas d’hospitalisation, elle devrait aussi s’imposer en cas de maladie active en ambulatoire. Ces recommandations internationales restent insuffisamment respectées en pratique quotidienne. Indépendamment des facteurs de risques cardiovasculaires classiques, l’inflammation systémique associée aux MICI actives est aussi associée à des complications cardiovasculaires telles que l’infarctus du myocarde ou l’accident vasculaire cérébral, et peut-être même, à une augmentation de la mortalité cardiovasculaire. L’impact des traitements des MICI sur ces différents risques reste à démontrer. La prévention et le dépistage de ces complications devraient faire partie intégrante de la prise en charge de ces patients par le gastroentérologue en coopération étroite avec le médecin traitant.