John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Comment traiter un kyste pancréatique ? Volume 3, numéro 1, Janvier - Février 1996

Auteurs
Service d'hépato-gastroentérologie, hôpital Sainte- Marguerite, 270, boulevard Sainte-Marguerite, 13274 Marseille Cedex 9, France.

Les kystes et pseudokystes pancréatiques sont les complications les plus fréquentes des pancréatites aiguës et chroniques. Leur traitement était autrefois uniquement chirurgical et la technique opératoire dépendait de l'étiologie, de la topographie des kystes et des lésions pancréatiques associées. Habituellement une dérivation kysto-digestive, associée ou non à une dérivation pancréatico-digestive, était réalisée. Actuellement deux nouvelles modalités thérapeutiques sont offertes : le drainage percutané guidé par échographie ou tomodensitométrie, et le drainage endoscopique. Le traitement percutané a une efficacité aléatoire et nécessite le plus souvent un drainage prolongé. Les techniques endoscopiques sont le drainage transpapillaire par la mise en place d'une prothèse et la dérivation directe des kystes dans l'estomac ou le duodénum. La première méthode peut être proposée en cas de kyste communiquant avec les canaux pancréatiques ; les complications sont rares, représentées essentiellement par une poussée pancréatique aiguë ou l'infection de la cavité kystique ; jusqu'à présent la mortalité a été nulle ; la disparition des kystes est observée dans 75 à 91 % des cas. La kysto-entérostomie peut être proposée en cas de kyste responsable d'un bombement dans la lumière digestive ; en l'absence de compression de la paroi digestive, un drainage transmural peut être fait sous contrôle échoendoscopique. Les complications essentielles sont l'hémorragie, parfois grave, et l'infection du kyste, en cas d'obstruction de la prothèse kysto-digestive. La guérison est obtenue dans 90 % des cas environ.