John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Comment optimiser la surveillance des lésions gastriques pré-néoplasiques ? Volume 26, numéro 7, Septembre 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital Européen Georges Pompidou, Service d’hépato-gastroentérologie et endoscopies digestives, 20 rue Leblanc, 75015 Paris
2 Hôpital Ambroise Paré, Service d’anatomie et cytologie pathologiques, 9 avenue Charles de Gaulle, 92104 Boulogne-Billancourt
3 Hôpital Ambroise Paré, Service d’hépato-gastroentérologie, 9 avenue Charles de Gaulle, 92104 Boulogne-Billancourt
* Correspondance
  • Mots-clés : estomac, lésions précancéreuses, atrophie glandulaire, métaplasie intestinale, surveillance
  • DOI : 10.1684/hpg.2019.1805
  • Page(s) : 646-54
  • Année de parution : 2019

La majorité des cancers gastriques est issue de lésions pré-néoplasiques qui apparaissent plusieurs années auparavant. Ces lésions sont la dysplasie et, plus improprement pour les anatomo-pathologistes, l’atrophie et la métaplasie intestinale de la muqueuse gastrique induites le plus souvent par une infection ancienne à Helicobacter pylori. L’atrophie au niveau du corps gastrique associée à la métaplasie intestinale est un facteur de risque particulier de cancer. Il existe un effet bénéfique de l’éradication de H. pylori sur l’évolution des lésions pré-néoplasiques n’ayant pas atteint le stade de la métaplasie intestinale. Dans ce cas, une surveillance tous les trois ans est recommandée particulièrement chez les patients ayant des lésions étendues dans le corps gastrique et l’antre ou sévères quelle que soit la localisation. En cas de dysplasie de bas grade découverte sur des biopsies étagées, une surveillance annuelle est préconisée.