John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Colites microscopiques d’origine médicamenteuse Volume 30, numéro 8, Octobre 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

Tableaux

Auteur
Centre Hospitalier Intercommunal Le Raincy Montfermeil, Service d’hépato-gastro-entérologie, 10 avenue du Général Leclerc, 93370 Montfermeil
* Correspondance : G. Macaigne

Les colites microscopiques (CM), colites collagène (CC) et lymphocytaire (CL), à l’origine de diarrhées sécrétoires chroniques, sont très probablement secondaires à une réponse immunitaire inappropriée vis-à-vis d’un antigène intra-luminal survenant chez un sujet génétiquement prédisposé. L’origine de cette dysfonction immunitaire est inconnue mais différents facteurs déclenchants ou favorisants tels que des médicaments ont été largement évoqués. Les trois principales classes thérapeutiques associées aux CM dans de nombreuses études de cohortes ou cas-contrôles sont les inhibiteurs de la pompe à protons, les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine. D’autres médicaments, incriminés dans des cas cliniques rapportant directement un lien de cause à effet entre le médicament et la CM, ont été analysés à l’aide de l’algorithme développé par Beaugerie et al. et l’imputabilité de chaque médicament a été évaluée. La prise en charge initiale d’une CM impose d’éliminer une maladie cœliaque associée et une cause médicamenteuse. Tout médicament commencé dans les quatre mois précédant l’apparition de la diarrhée doit être suspecté, son arrêt entraînant une amélioration clinique en quelques jours et la disparition des lésions histologiques en quelques semaines.