John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Colectomie pour cancer du côlon : comparaison de la laparoscopie et de la laparotomie Volume 11, numéro 5, Septembre-Octobre 2004

Auteur
  • Page(s) : 397
  • Année de parution : 2004

Auteur(s) : Thierry Piche

The Clinical Outcomes of Surgical Therapy Study Group. A comparison of laparoscopically assisted and open colectomy for colon cancer. N Engl J Med 2004 ; 350 : 2050‐9

La chirurgie par voie laparoscopique a révolutionné les modalités opératoires dans un grand nombre de pathologies. Les premières résections de tumeurs colorectales sous vidéo remontent aux années 1990 [1‐3]. Cette approche séduisante a soulevé de grands débats concernant la qualité de la résection tumorale, l’efficacité du staging ganglionnaire et la possibilité d’une dissémination tumorale sur les trajets des trocarts. Ces interrogations sont à l’origine de cette grande étude américaine contrôlée qui a débuté en 1994. Quarante‐huit centres investigateurs ont permis le recrutement de 872 malades porteurs d’un cancer colorectal qui étaient randomisés pour bénéficier soit d’une chirurgie ouverte, soit de la laparoscopie. Le suivi médian était de 4,4 ans et le but principal de l’étude était de déterminer le délai avant la récidive tumorale. À 3 ans, le taux de récidive était identique dans les deux groupes (16 versus 18 % sous laparoscopie ou chirurgie ouverte respectivement). La survie globale à 3 ans était identique dans les deux groupes (85 % sous laparoscopie et 86 % après chirurgie ouverte). En revanche, les suites postopératoires étaient plus simples après laparoscopie, comme en témoigne la durée plus courte des hospitalisations et la moindre utilisation d’antalgiques (tableau 1). Concernant les complications postopératoires, il n’y avait pas non plus de différence significative entre les deux groupes.

Cette étude, comme celle de Leung et al. qui vient de paraître dans un numéro récent du Lancet [2004 ; 363 : 1187‐92], confirme que les craintes qui concernent la laparoscopie dans la chirurgie du cancer colorectal ne sont pas justifiées. Dans ce travail, il faut souligner que la grande expérience de la laparoscopie des centres investigateurs contribue certainement à ces bons résultats. La question essentielle reste toujours de savoir si la laparoscopie doit être préférée à la chirurgie ouverte pour la résection du cancer colorectal. Dans cette étude, le bénéfice de la laparoscopie sur la durée des hospitalisations et l’utilisation d’antalgiques est modeste et doit être tempéré par un taux de conversion en chirurgie ouverte de 21 % et une durée opératoire plus élevée sous vidéo. Si l’on faisait abstraction des 21 % de conversion, les données relatives à la qualité de vie des malades montreraient un taux de satisfaction plus élevé sous vidéo.

Finalement, cette étude suggère que la résection du cancer colorectal par laparoscopie est aussi efficace que par voie ouverte. Même si les bénéfices cliniques de la laparoscopie sont limités, les malades préfèrent généralement cette approche pour des raisons esthétiques. Des études ciblées sur l’aspect médicoéconomique et la qualité de vie des malades sont souhaitables avant d’aboutir à des recommandations.

Références

1 . Phillips S, Franklin M, Carrol BJ, Fallas MJ, Ramos R, Rosenthal D. Laparoscopic general surgery. N Engl J Med 1992 ; 216 : 703‐7.

2 . Cuschieri A. The spectrum of laparoscopic surgery. World J Surg 1992 ; 16 : 1089‐97.

3 . Jacobs M, Verjeda JC, Goldstein HS. Minimally invasive colonresection (laparoscopic colectomy). Surg Laparosc Endosc 1991 ; 1 : 144‐50.