John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Cicatrisation histologique au cours des MICI : jusqu’où optimiser ? Volume 26, supplément 3, Novembre 2019

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 CHU de Saint-Étienne, Hôpital Bellevue, Service de gastro-entérologie et hépatologie, 25 boulevard Pasteur, 42055 Saint-Étienne Cedex 2
2 CHU de Saint-Étienne, Hôpital Bellevue, Service d’immunologie, 25 boulevard Pasteur, 42055 Saint-Étienne Cedex 2
* Correspondance

Si la rémission profonde (clinique et endoscopique) est notre but actuel dans la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), l’intérêt d’obtenir une cicatrisation histologique dans les MICI est discuté. Dans la maladie de Crohn, maladie transmurale, son intérêt paraît discutable, d’autant qu’aucun score clair n’est proposé et que les liens entre cicatrisation histologique et évolution plus favorable sont très ténus. Inversement, dans la rectocolite hémorragie, les liens entre cicatrisation histologique et évolution plus favorable sont nombreux. Les scores existent, sont reproductibles et des seuils sont maintenant bien isolés. Cependant, aucune étude interventionnelle se basant sur ce critère n’a été rapportée et donc, actuellement, nous ne pouvons utiliser ces index pour modifier notre prisée charge.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International