John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Chromoendoscopie colique Volume 11, numéro 6, Novembre-Décembre 2004

Auteur
Service des Maladies de l’appareil digestif, CHU Rennes

La chromoendoscopie est l’application de la coloration des épithéliums lors de l’examen endoscopique et repose en pratique sur des colorants absorbés ou de contraste.Au cours de la coloscopie, le colorant de contraste utilisé est l’indigo carmin qui renforce les structures superficielles ou les colorants absorbés qui sont le bleu de méthylène et le crésyl violet. La classification de Kudo dont l’aspect a été corrélé à l’analyse histologique par stéréomicroscopie décrit 7 stades. Ces aspects ont été regroupés en 5 types. I : puits de petite taille arrondis, très réguliers ; II : aspect stellaire ou papillaire (II = aspect étoilé de petite et grande taille) ; III : puits de petite dimension, fins, tubulaires ou ronds (IIIs = aspect des orifices ronds, petits et serrés et III-l : puits plus larges amplement tubulaires ou ronds) ; IV : puits tubulaires avec branchement ou circonvolués superficiels ; et V : aspect déstructuré ou de taille et configuration irrégulières.La coloration, par l’indigo carmin augmente de façon significative le taux de détection des adénomes de moins de 5 mm et le nombre de patients atteints d’au moins 3 adénomes. Une fréquence attendue de patients porteurs d’adénomes plans de l’ordre de 10 % à 30 % est également décrite dans les pays occidentaux après coloration par l’indigo carmin. Au cours de la rectocolite hémorragique (RCH), le nombre de lésions dysplasiques détectées est plus élevé après chromoendoscopie, comparé à un protocole de biopsies étagées et systématiques.Les recommandations de la RPC endoscopie digestive basse de 2004 sur les colorations au cours de l’exploration du côlon proposent que l’utilisation de colorant au cours de la coloscopie soit une aide au diagnostic et à la décision thérapeutique, en particulier en cas de suspicion de lésion « plane ». L’utilisation de l’indigo carmin est recommandée au cours du bilan des patients atteints (ou susceptibles d’être atteints) : d’un syndrome Hereditary Non Polyposis Colorectal Cancer (HNPCC) (grade B), de polypose familiale atténuée (grade B), de maladies inflammatoires chroniques intestinales dans le cadre d’une stratégie de surveillance à la recherche de néoplasie. Cette coloration ne permet pas de différencier avec certitude les polypes hyperplasiques des adénomes (grade C).