John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Cholédocoscopie percutanée Volume 3, numéro 3, Mai - Juin 1996

Auteur
Fédération des spécialités digestives, hôpital Édouard-Herriot, 69437 Lyon Cedex 03, France.

Dans l'exploration du tube digestif, les avantages de l'endoscopie par rapport à la radiologie sont bien établis : meilleure efficacité diagnostique, possibilité de prélèvements tissulaires et d'actes thérapeutiques. Il en est de même dans les voies biliaires pour la cholédocoscopie si on la compare à la cholangiographie : la cholédocoscopie se révèle efficace pour guider les gestes diagnostiques et thérapeutiques (biopsies, extraction de calculs, lithotritie, destruction de tumeurs). Les chirurgiens l'emploient largement pour vérifier le cholédoque après cholécystectomie. Elle peut être utilisée également par voie rétrograde ou par voie percutanée. La cholédocoscopie par voie rétrograde reste une procédure anecdotique : le matériel est cher, l'exploration est longue, laborieuse et incomplète. En revanche, la cholédocoscopie percutanée fait appel à un matériel éprouvé, les manoeuvres sont aisées, l'exploration de l'arbre biliaire est complète et ce geste peut être répété. La cholédocoscopie percutanée est maintenant bien codifiée (asepsie de type chirurgical, anesthésie, dilatation progressive de la voie d'abord), et sa morbidité est faible. La limite de la méthode est liée uniquement à la voie d'abord : réaliser un drainage transhépatique pour une cholédocoscopie implique de peser les indications de celle-ci contre celle des autres options diagnostiques et thérapeutiques.