John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Cholangiocarcinomes avancés : quelles chimiothérapies et quels outils du choix thérapeutique ? Volume 27, supplément 6, Décembre 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 CHRU de Besançon, Service d’oncologie médicale, 3 Boulevard Alexandre Fleming, 25030 Besançon
2 Institut Curie, Université Versailles Saint-Quentin, Département d’oncologie médicale, 35 rue Dailly, 92210 Saint-Cloud
* Correspondance

Les cancers des voies biliaires (CVB) sont un groupe hétérogène de tumeurs au pronostic sombre dont la prise en charge connaît des évolutions ces dernières années. Dans cette revue, nous donnons un aperçu des options thérapeutiques pouvant être proposées dans les CVB avancés et leur application dans la pratique clinique. Une part importante de patients ne peut recevoir de traitements spécifiques et n’est traitée que par des soins de support (dont le drainage biliaire), qui occupent une place centrale dans la prise en charge des CVB. La chimiothérapie à base de gemcitabine et de platine est le traitement standard en première ligne dans les CVB avancés. Récemment, le schéma FOLFOX (5-fluorouracile, acide folinique plus oxaliplatine) est devenu le seul traitement de deuxième ligne à être validé de manière prospective dans une étude de phase III après échec de la combinaison gemcitabine plus cisplatine, malgré une amélioration modeste de la survie par rapport aux soins de support. Les questions du meilleur traitement à proposer en deuxième ligne et de la sélection des patients susceptibles de bénéficier le plus de ces traitements restent non résolues. Depuis 2015, les connaissances sur l’hétérogénéité moléculaire des CVB ont considérablement augmenté avec l’avènement des analyses génomiques et transcriptomiques à large échelle, ouvrant de nouvelles perspectives pour les stratégies de thérapies dites ciblées et posant la question de la réalisation d’un profil moléculaire pour tous les patients en bon état général en pratique courante. Parmi les développements en cours, le ciblage des altérations du gène codant pour le récepteur du facteur de croissance des fibroblastes (FGFR) et de l’isocitrate déshydrogénase (IDH) sont les pistes les plus avancées, et les immunothérapies sont en cours d’évaluation dans des essais cliniques.