John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Chirurgie abdominale et hypertension portale Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Centre Hépato-Biliaire, Hôpital Paul Brousse, Assistance Publique Hôpitaux de Paris, Villejuif, 94800, France
2 INSERM, Unité 1193, Villejuif, 94800, France
* Correspondance
  • Mots-clés : chirurgie abdominale, cirrhose, hypertension portale, complications, TIPS
  • DOI : 10.1684/hpg.2019.1897

La cirrhose n’est plus une contre-indication formelle à la chirurgie abdominale extra-hépatique mais celle-ci reste grevée d’une très forte morbidité (> 50 %), ainsi qu’une mortalité comprise entre 10 % et 50 %. Les scores de Child, et plus récemment de MELD, permettent d’anticiper le risque de décompensation post-opératoire. Le risque de complications est acceptable en cas de Child-A (pas d’ascite), important en cas de score MELD > 15, et majeur pour un score MELD > 25. L’indication chirurgicale repose plus que jamais sur la balance bénéfices/risques de l’intervention (le contexte d’urgence notamment) et requiert une information complète auprès du patient et/ou de son entourage. Les chirurgies biliaires et pariétales représentent les indications les plus fréquentes dans ce contexte d’hypertension portale (notamment par voie laparoscopique), suivies ensuite des colectomies pour cancer. Il n’y a pas de modification notable des indications de voie d’abord ni de drainage chez le cirrhotique. Les chirurgies pancréatiques, gastriques et œsophagiennes doivent rester en revanche exceptionnelles sur ce terrain et nécessitent une prise en charge multidisciplinaire avec optimisation pré-opératoire. Si une prise en charge médicale (nutritionnelle, hépatologique, cardiologique, kinésithérapeutique) optimale peut être recommandée, les autres mesures médicales (pharmacologiques), chirurgicales ou radiologique (TIPS) pour diminuer le degré d’hypertension portale n’ont pas été validées hors chirurgie hépatique.