John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Cardiopathie carcinoïde Volume 13, numéro 2, Mars-Avril 2006

Auteurs
Service de cardiologie, hôpital Robert Debré, Reims, Service d’hépato-gastroentérologie, hôpital Robert Debré, Reims

La cardiopathie carcinoïde est une complication grave du syndrome carcinoïde. Les valves tricuspide et pulmonaire sont touchées de façon quasi constante. Une atteinte valvulaire gauche est possible, notamment en cas de shunt droit-gauche. Le risque de cardiopathie carcinoïde a été évalué à environ 65 % dans plusieurs séries et justifie sa recherche systématique par échocardiographie. Le risque d’apparition d’une cardiopathie carcinoïde est important chez les sujets initialement indemnes : environ 25 % à 2-3 ans, ce qui nécessite un suivi échocardiographique au minimum annuel. La survie des malades ayant une atteinte cardiaque est significativement plus mauvaise que ceux n’étant pas atteints. Le traitement repose sur le remplacement valvulaire qui améliore la survie, malgré une mortalité opératoire très importante (25-30 %). Les traitements antitumoraux et les analogues de la somatostatine n’ont pas démontré leur capacité à améliorer les lésions cardiaques, probablement parce que les lésions sont irréversibles au moment du diagnostic, faisant discuter un traitement plus précoce basé sur la diminution des marqueurs et non sur les symptômes. Ceci est à évaluer.