John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Carcinome épidermoïde de l'oesophage : lésions et états précancéreux Volume 3, numéro 2, Mars - Avril 1996

Auteur
Service d'hépato-gastro-entérologie, centre hospitalier universitaire de Brest, 29609 Brest Cedex, France.

Les variations géographiques de l'incidence du cancer épidermoïde de l'oesophage sont liées au rôle dominant des facteurs environnementaux dans le processus de carcinogenèse oesophagienne. En Occident, les facteurs de risque sont l'alcool et le tabac, alors que les facteurs nutritionnels apparaissent prépondérants dans les zones à haut risque d'Asie. Il est impossible de définir une stratégie universelle de dépistage du cancer de l'oesophage applicable à toutes les populations. La lésion précancéreuse de l'oesophage est la dysplasie. La prévalence de la dysplasie est plus élevée dans les populations des zones à forte incidence de cancer de l'oesophage. L'oesophagite chronique observée dans ces populations est également fréquente, mais sa nature précancéreuse est plus controversée. Le dépistage cytologique du cancer de l'oesophage n'est rentable que dans les zones à risque élevé. En Occident, le dépistage du cancer de l'oesophage est indiqué en cas de découverte d'un cancer de la sphère ORL. Chez ces patients alcoolo-tabagiques, une surveillance panendoscopique régulière est nécessaire en cas de cancer débutant, car la survenue d'un cancer métachrone de l'oesophage ou des bronches aggrave considérablement le pronostic de ces tumeurs. Les autres états précancéreux sont représentés par l'achalasie, les brûlures caustiques de l'oesophage, les membranes et diverticules oesophagiens, la maladie coeliaque et la tylose. Des études complémentaires sont nécessaires pour préciser les modalités et évaluer le bénéfice d'une surveillance systématique de ces états précancéreux.