John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Anticorps antiphospholipides et tube digestif Volume 3, numéro 3, Mai - Juin 1996

Auteurs
Service des maladies de l'appareil digestif et de la nutrition, hôpital Huriez, CHU Lille, avenue Oscar-Lambret, 59037 Lille, France.

Les anticorps antiphospholipides sont de connaissance déjà ancienne. Ils ont été récemment remis à l'honneur avec le développement des méthodes immunoenzymatiques. Depuis sa description, la symptomatologie du syndrome des anticorps antiphospholipides s'est enrichie de nombreuses manifestations cliniques. Il peut être rencontré au cours de nombreuses pathologies ; lorsqu'il n'est pas trouvé d'étiologies associées, il est appelé syndrome primaire des antiphospholipides. Le diagnostic biologique est complexe et fait encore l'objet de réunions de standardisation. Il repose principalement sur la recherche d'anticoagulant de type lupique et d'anticorps anticardiolipine. Contrairement aux manifestations hépatiques, les manifestations digestives associées aux anticorps antiphospholipides sont encore peu rapportées. Il s'agit surtout d'infarctus du mésentère. Plus généralement, devant toute thrombose des vaisseaux digestifs, en dehors d'une cause classique, il est nécessaire de rechercher les anticorps antiphospholipides. Le syndrome des antiphospholipides doit être actuellement connu de tous en raison de sa gravité potentielle. Quand il est présent, la prévention de la récidive des thromboses repose sur un traitement antithrombotique. Un traitement par antivitamines K à fortes doses pourrait être le plus efficace. A l'avenir, la recherche de ces anticorps devrait permettre de réduire le nombre de thromboses digestives dites « idiopathiques ».