John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Angioplastie percutane, endoprothèse vasculaire, thrombolyse et vaisseaux digestifs Volume 3, numéro 6, Novembre - Décembre 1996

Auteurs
Service de radiologie. D. Valla : service d'hépatologie, hôpital Beaujon, 100, boulevard du Général-Leclerc, 92118 Clichy Cedex, France.

Si la radiologie interventionnelle vasculaire est bien connue des gastro-entérologues grâce aux techniques de chimio-embolisation, d'embolisation artérielle ou veineuse, les indications et le potentiel des techniques de revascularisation sont moins diffusés. L'objectif de cette revue est de présenter, en pathologie artérielle et veineuse abdominale, les indications de l'angioplastie percutanée (dilatation endovasculaire au ballonnet), et des développements les plus récents comme les endoprothèses vasculaires, et la thrombolyse in situ. Dans le traitement de l'ischémie mésentérique aiguë, peu d'équipes tentent une thrombolyse et une recanalisation artérielle car les lésions ischémiques intestinales sont souvent présentes au moment du diagnostic et nécessitent un geste chirurgical. En revanche, l'angioplastie des troncs digestifs est souvent pratiquée dans l'ischémie mésentérique chronique. Ses résultats à court terme sont identiques à ceux de la chirurgie mais la perméabilité vasculaire à long terme est moins bonne (respectivement 50 % contre 80 %). Les sténoses des artères hépatiques chez le transplanté représentent une très bonne indication de l'angioplastie permettant de surseoir à une retransplantation en cas de sténose anastomotique. Un succès immédiat est obtenu dans 80 % à 100 % des cas mais la perméabilité à long terme est mal connue en raison de la faible survie spontanée des greffons et des faibles effectifs des séries. En pathologie veineuse, l'angioplastie et les endoprothèses vasculaires permettent de traiter efficacement les sténoses de la veine porte et des anastomoses porto-cave chirurgicales. La sténose de ces dernières a cependant tendance à récidiver et peut bénéficier de l'emploi des endoprothèses métalliques. Les résultats de l'angioplastie dans le traitement du syndrome de Budd-Chiari varient en fonction des lésions veineuses. Le traitement des membranes de la veine cave inférieure ou des veines hépatiques, rares sous nos climats, doit de première intention faire l'objet d'une angioplastie dont les résultats sont excellents. Les sténoses plus étendues des veines hépatiques sont de traitement plus délicat et nécessitent l'utilisation d'endoprothèses vasculaires dont les résultats à long terme sont mal connus.