John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Anémie ferriprive inexpliquée et gastrite chronique à Helicobacter pylori Volume 15, numéro 5, Septembre-Octobre 2008

Auteur
Service d’hépatogastro-entérologie, centre hospitalier Le Raincy-Montfermeil, 10, avenue du Général-Leclerc, 93370 Montfermeil, France

Une anémie ferriprive est inexpliquée après une exploration endoscopique bidirectionnelle dans environ 35 % des cas. L’association gastrite atrophique et anémie ferriprive est connue depuis de nombreuses années. Dès 1993, des observations bien documentées, essentiellement chez des enfants et des adolescents, ont montré une correction de l’anémie ferriprive (notamment des anémies réfractaires au traitement martial) après l’éradication d’Helicobacter pylori y compris en l’absence d’un traitement par fer associé. Des études séro-épidémiologiques ont également établi une association entre carence en fer et sérologie H. pylori positive. Plusieurs mécanismes ont été proposés pour expliquer la relation entre anémie ferriprive et H. pylori : 1) une hémorragie occulte ; 2) une malabsorption du fer ; 3) une consommation du fer par la bactérie. Il semblerait que le mécanisme principal soit une malabsorption du fer. En effet, l’absorption du fer nécessite une réduction du fer ferrique en fer ferreux qui est dépendante de l’acidité gastrique et de la présence d’acide ascorbique. Des travaux récents ont montré chez des patients ayant une pangastrite (plutôt inflammatoire qu’atrophique) liée à H. pylori et une anémie ferriprive inexpliquée (sans lésion gastrique endoscopique) : un pH gastrique plus élevé et un taux d’acide ascorbique (plasmatique et gastrique) plus bas comparativement aux patients ayant une anémie ferriprive inexpliquée sans gastrite à H. pylori ou aux patients ayant une gastrite antrale à H. pylori sans anémie ferriprive. Les adolescents et les femmes non ménopausées seraient, en raison d’un stock en fer plus critique, particulièrement exposés à l’anémie ferriprive secondaire à une gastrite à H. pylori. L’ensemble de ces travaux a permis aux experts de la dernière conférence de consensus européenne Maastricht III de suggérer la recherche d’H. pylori et son éradication chez des patients ayant une anémie ferriprive inexpliquée associée à une pangastrite.