John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Alternatives à la coloscopie, état des lieux en 2009 Volume 16, numéro 4, juillet-août 2009

Auteurs
Service d’hépatogastroentérologie, université René-Descartes, CHU Cochin-Port-Royal, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France, Service de radiologie, université René-Descartes, CHU Cochin-Port-Royal, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France

La coloscopie optique standard est l’examen de référence pour l’exploration du côlon. Sa morbidité et son acceptabilité médiocre ont entraîné le développement de techniques alternatives. L’imagerie du côlon, en particulier le coloscanner, a bénéficié d’un nombre considérable de travaux. La sensibilité et la spécificité pour la détection de polypes supérieurs à 9 mm sont respectivement de 85 et de 97 % selon la méta-analyse de Mulhall et al. Le caractère irradiant de cette technique ferait préférer la colo-IRM, technique apparue plus récemment, pour laquelle les travaux sont moins nombreux. Par ailleurs, la technologie de la vidéocapsule du grêle a été adaptée à l’étude du côlon. Les résultats de la vidéocapsule colique sont prometteurs : une étude multicentrique européenne portant sur 320 patients retrouvait des valeurs de sensibilité, spécificité, VPP et VPN respectivement de 64, 84, 60 et 86 % pour la détection de polypes supérieurs à 6 mm. Aucune complication sévère n’avait été observée. Enfin, des améliorations du coloscope classique ont été recherchées : Aer-O-Scope™, Invendoscope™, coloscope CathCam™, système endoscopique NeoGuide™, etc. Ces coloscopes « alternatifs » n’en sont qu’à leurs balbutiements. Les caractéristiques de ces méthodes d’exploration du côlon sont très différentes d’une technique à l’autre, et leur place et leurs indications respectives restent à définir.