John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Altérations de la barrière épithéliale intestinale au cours du syndrome de l’intestin irritable Volume 16, numéro 4, juillet-août 2009

Auteurs
Service de gastroentérologie et de nutrition clinique, pôle digestif, hôpital de l’Archet-II, CHU de Nice, 151, route Saint-Antoine-de-Ginestière, 06202 Nice cedex 03, France, Laboratoire d’immunologie et Inserm 576, hôpital de l’Archet-I, CHU de Nice, 4, avenue Reine-Victoria, BP 1179, 06003 Nice cedex 01, France, Laboratoire d’anatomopathologie, hôpital Pasteur, CHU de Nice, 4, avenue Reine-Victoria, BP 1179, 06003 Nice cedex 01, France, Service de chirurgie digestive et de transplantation hépatique, pôle digestif, hôpital de l’Archet-II, CHU de Nice, 4, avenue Reine-Victoria, BP 1179, 06003 Nice cedex 01, France

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est le premier motif de consultation en gastroentérologie. La physiopathologie des symptômes fonctionnels est encore incomprise, mais les dix dernières années de recherches ont permis d’identifier une activation de l’immunité muqueuse et des altérations de l’intégrité de la barrière épithéliale intestinale potentiellement à l’origine des troubles de la motricité, de la sensibilité digestive et aux douleurs abdomminales qui caractérisent le syndrome. Une susceptibilité génétique et des facteurs environnementaux comme le stress, les infections digestives ou les réactions allergiques aux aliments constitueraient des cofacteurs susceptibles d’aggraver ou d’entretenir ces anomalies. Ces nouvelles données physiopathologiques constituent des pistes intéressantes pour le développement pharmacologique qui reste attendu dans le SII.