John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Absorption intestinale des monosaccharides Volume 4, numéro 2, Mars - Avril 1997

Auteur
Service d'hépato-gastroentérologie et de nutrition, hôpital Rothschild, 33, boulevard de Picpus, 75571, Paris Cedex 12, France.

Le glucose est le constituant élémentaire le plus abondant de la ration alimentaire. Il est absorbé à plus de 90 % par voie trans-entérocytaire, selon un processus de transport actif, énergie-dépendant, dont les acteurs moléculaires sont maintenant parfaitement connus. Le fructose est absorbé par diffusion facilitée, grâce à deux transporteurs entérocytaires, non saturés dans l'éventail des concentrations luminales physiologiques. Le transport passif des monosaccharides est encore mal connu. Il fait appel à deux forces motrices élémentaires que sont le gradient de concentration, et, au moins pour les pentoses, le courant de convection ou solvent-drag. La modélisation du transport passif des monosaccharides aboutit à l'hypothèse de l'existence de pores intestinaux inter-entérocytaires (dont le support anatomique serait les jonctions serrées), et peut-être aussi de pores aqueux transmembranaires de l'entérocyte. Le diamètre estimé de ces pores est compatible avec une convection notable des pentoses, mais pas des hexoses. Les capacités d'absorption humaine des monosaccharides sont parfois limitées par une digestion prérequise incomplète, lorsqu'ils ont été ingérés sous forme complexe. D'autres monosaccharides, en particulier ceux de la famille des polyols, sont par nature absorbés lentement et incomplètement dans l'intestin grêle humain. Dans ce cas, la vidange gastrique rapide des monosaccharides devient un facteur limitant de l'absorption.