John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Lymphome T hépatosplénique de morphologie blastique chez un patient traité par immunosuppresseur Lymphome T hépatosplénique de morphologie blastique chez un patient traité par immunosuppresseur pour une rectocolite ulcérohémorragique Volume 26, numéro 1, Janvier-Février 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
Auteurs
1 Laboratoire de biologie clinique, secteur hématologie, Grand Hôpital de Charleroi, Charleroi, Belgique
2 Centre d’anatomopathologie, Institut de pathologie et de génétique, Charleroi (Gosselies), Belgique
3 Service d’oncohématologie, Grand Hôpital de Charleroi, Charleroi, Belgique
* Tirés à part
  • Mots-clés : Immunosuppresseurs, cytopénies, dysplasie, morphologie blastique, lymphome T hépatospénique
  • DOI : 10.1684/hma.2020.1504
  • Page(s) : 50-6
  • Année de parution : 2020

Nous rapportons ici le cas d’un lymphome T hépatosplénique et nous soulevons les difficultés diagnostiques de cette hémopathie maligne. Une présentation clinique peu spécifique, avec une ou plusieurs cytopénies, des symptômes B et une absence d’adénopathie chez un patient traité par immunosuppresseur au long court, doivent interpeller. En cas de doute sur l’origine des cytopénies chez un patient porteur d’une pathologie auto-immune digestive traitée par immunosuppresseur, une ponction-biopsie de moelle osseuse ne doit pas être retardée et l’hypothèse d’un lymphome T hépatosplénique doit être envisagée. Bien que ce lymphome puisse présenter une grande variabilité morphologique, l’histoire clinique du patient, l’immunophénotypage, ainsi que la distribution sinusoïdale des cellules permettent d’orienter le diagnostic.