John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Qu’est-ce qu’une émotion ? Une introduction à l’étude des émotions Volume 9, numéro 1, Mars 2011

Auteur
Université Pierre et Marie Curie, Paris VI

Les émotions humaines sont des constructions hypothétiques qui reposent sur des phénomènes psychologiques (le vécu subjectif) et physiologiques (l’activation du système nerveux végétatif). Selon les théories psychoévolutionnistes, les émotions sont des processus physiologiques qui dérivent d’un petit nombre d’émotions primaires, discrètes, communes à l’homme et à l’animal, génétiquement déterminées, mises en jeu par les seuls caractères du stimulus et reposant sur des circuits cérébraux spécifiques. À l’inverse, les théories psychologiques et sociales les considèrent comme des processus psychologiques qui sont le résultat de l’évaluation cognitive que porte le sujet sur la signification du stimulus-événement par rapport à son bien-être ou à ses objectifs et non sur ses caractères propres. En fait, les émotions humaines ne peuvent être considérées comme des processus purement biologiques centrés sur l’individu : elles se développent dans un contexte d’interactions sociales dès la naissance et s’intègrent dans le continuum des différents aspects de notre vie affective. Elles impliquent ainsi l’ensemble du cerveau, même si certaines formations interviennent de façon plus spécifique. Les émotions jouent un rôle déterminant dans le développement affectif et social du sujet et introduisent une médiation entre le stimulus-événement et la réaction du sujet ce qui permet une meilleure adaptation de la réponse. Néanmoins, les émotions ou leurs composantes n’ont pas toujours un caractère adaptatif : elles peuvent être à l’origine de comportements dysfonctionnels chez le sujet normal et les perturbations de la vie émotionnelle et affective constituent une conséquence majeure des affections psychiatriques comme des lésions cérébrales. La complexité de notre vie affective rend très discutable l’extension des résultats des études neuropsychologiques sur les émotions à la compréhension des perturbations rencontrées dans la vie réelle.