John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Prise en charge de l’ostéoporose fracturaire chez les patients de plus de 75 ans vivant en institution Volume 17, numéro 4, Décembre 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Hôpital de la Croix Rousse, Court séjour gériatrique, Hospices civils de Lyon, France
2 CHU de Dijon - Centre gériatrique de Champmaillot, Dijon, France
3 Service de rhumatologie, Centre hospitalier des Vals d’Ardèche, Privas, France
4 Service de médecine du vieillissement, CHU - Lyon Sud, Pierre Bénite, France
* Correpondance
  • Mots-clés : ostéoporose, fractures, traitement anti-ostéoporotique, Ehpad, pratiques professionnelles
  • DOI : 10.1684/pnv.2019.0822
  • Page(s) : 377-85
  • Année de parution : 2019

Objectif : Les recommandations de prise en charge de l’ostéoporose sont régulièrement actualisées par le GRIO. Ce travail est une EPP sur la prise en charge des fractures majeures chez des patients institutionnalisés. Méthodologie : évaluation sur dossier de tous les résidents de plus de 75 ans ayant eu une fracture majeure dans 4 Ehpad accueillant 327 résidents. Résultats : 105 résidents ont été inclus soit une prévalence de l’ostéoporose fracturaire de 32,1 %. Les fractures les plus fréquentes étaient fémorales (60,9 %) et vertébrales (45,8 %). La prise en charge thérapeutique était : calcium (14,3 %), vitamine D (52,4 %), kinésithérapie (70,5 %) et biphosphonates (11,4 %). Une prise en charge médicamenteuse complète était notée dans 5 dossiers (4,7 %). Les résidents pris en charge initialement en médecine étaient plus souvent traités que ceux en chirurgie (25,0 vs 6,5 % ; p = 0,0144), ainsi que ceux vus par un médecin spécialiste (rhumatologue ou gériatre : 8 vs 4 ; p < 0,001).Conclusion : Une minorité de résidents reçoit un traitement anti-ostéoporotique complet malgré leur risque de récidive fracturaire.