John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Prescription des inhibiteurs de la pompe à protons chez les patients âgés ambulatoires : adéquation aux recommandations Volume 14, numéro 4, Décembre 2016

Auteurs
1 Service de court séjour gériatrique, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière-Charles Foix, DHU FAST, APHP, Hôpital Charles Foix, Ivry-sur-Seine, France
2 UFR Médecine Pierre et Marie Curie, Université Paris 6, France
* Tirés à part

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont largement prescrits, notamment chez les patients âgés, et leurs effets secondaires sont volontiers sous-estimés. Des recommandations de la Haute autorité de santé française, dont certaines spécifiques au sujet âgé, précisent leurs indications. L’objectif principal de cette étude prospective descriptive était d’évaluer la conformité des prescriptions d’IPP à ces recommandations et à l’AMM chez des patients âgés. Méthodes : Analyse de tous les patients hospitalisés dans un service de gériatrie aiguë sur une période de 2 ans, pour lesquels l’ordonnance à l’admission comportait un IPP. Résultats : Parmi les 125 patients inclus (âge moyen 84 ans), la durée de traitement IPP dépasse un an dans 68 % des cas et 49,6 % des prescriptions d’IPP sont hors AMM. Seulement 50,4 % des patients ont eu une fibroscopie œso-gastro-duodénale (FOGD) avant ou au décours du traitement, alors qu’elle devrait être systématique chez les plus de 65 ans d’après les recommandations. Conclusion : Cette étude confirme la faible adéquation des prescriptions d’IPP aux recommandations, pouvant s’expliquer en partie par des points encore discutés ou par des difficultés d’adaptation de ces recommandations chez les patients les plus âgés.