John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Place du psychiatre de la personne âgée au sein d’une équipe mobile de gériatrie extrahospitalière : l’exemple tourangeau Volume 18, numéro 2, Juin 2020

Auteurs
1 Service de médecine gériatrique, CHU Tours, Tours, France
2 Service de psychiatrie universitaire, CHU Tours, Tours, France
3 Éducation, éthique, santé (EES ; EA 7505), Université de Tours, Tours, France
* Correspondance

Contexte : l’évolution démographique entraîne une adaptation de l’offre de soins gériatrique, orientée volontiers vers la communauté, avec notamment le déploiement d’unités mobiles extrahospitalières de gériatrie et psychiatrie de la personne âgée. Bien que les troubles psychiques du sujet âgé nécessitent une approche globale, intégrative et pluridisciplinaire, les unités mobiles extrahospitalières de gériatrie et psychiatrie de la personne âgée fonctionnent souvent en parallèle sans concertation et rencontrent régulièrement des difficultés dans la prise en charge des pathologies complexes. L’objectif de ce travail est de faire un retour d’expérience du fonctionnement du dispositif du CHRU de Tours, comprenant un gériatre et un psychiatre de la personne âgée (PPA) dans la même équipe.Méthode : recueil de données mettant en lumière la dyade médicale gériatre – PPA durant la première année de fonctionnement de l’Équipe mobile de gériatrie extra-hospitalière (EMGEH) du CHRU de Tours (2018). Les modes d’adressage, motifs d’intervention, caractéristiques cliniques des patients et préconisations ont été enregistrées à l’issue de l’évaluation gériatrique initiale, puis après évaluation PPA complémentaire lorsqu’elle était indiquée.Résultats : 151 patients dont 53 % (n = 80) en rupture de suivi médical ou en difficulté d’accès aux soins ont été évalués ; 40 % (n = 60) pour des troubles du comportement, 30 % (n = 45) des chutes, 15 % (n = 23) une problématique sociale, 10 % (n = 15) une altération de l’état général et 5 % (n = 7) une conciliation médicamenteuse. Après l’évaluation gériatrique initiale, 40 % (n = 60) ont bénéficié d’une évaluation PPA ; 100 % (n = 60) étaient en rupture/difficulté de suivi, 83 % (n = 50) présentaient des troubles psychocomportementaux bruyants sur troubles neurocognitifs, 17 % (n = 10) des troubles psychocomportementaux sur maladie psychiatrique, 10 % (n = 6) un mésusage de psychotropes à l’origine de décompensation de comorbidités gériatriques ; 32 % (n = 19) ont bénéficié ensuite de consultations gériatrique, gérontopsychiatrique ou mémoire et 33 % (n = 20) présentaient un refus de soins persistant ; 23 % (n = 14) ont été réévalués pour troubles psychocomportementaux bruyants.Discussion : la collaboration originale gériatre – PPA au sein de la même EMGEH permet une prise en charge médicale globale des patients, intégrant les comorbidités organiques, psychiatriques et cognitives intriquées et une réflexion collaborative sur l’iatrogénie qui en découle. Le lien privilégié avec les médecins traitants est une réponse possible pour ces patients fragiles, en rupture de soins, permettant une réinsertion dans la filière gériatrique.