John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

L’insomnie dans la maladie de Parkinson Partie II : Approches thérapeutiques Volume 18, numéro 3, Septembre 2020

Auteurs
Université Paul Valéry Montpellier 3, Univ Montpellier, EPSYLON EA 4556, Montpellier, France
* Correspondance

La principale proposition thérapeutique face à une insomnie chronique associée à la maladie de Parkinson (MP) est la prescription de benzodiazépines ou apparentés. Comme en population générale, ces molécules sont peu efficaces dans la MP. Elles y sont également associées à des effets indésirables comme la dépendance, la somnolence et les chutes. Le principal objectif de cette revue consiste à sensibiliser les professionnels qui évoluent auprès de patients atteints de MP à une alternative thérapeutique non-médicamenteuse dans le traitement de l’insomnie chronique associée à la MP. Il s’agit de la thérapie cognitive et comportementale. Notons que cette thérapie est définie par la Haute autorité de santé et les instances internationales comme le traitement de première intention pour la prise en charge de l’insomnie chronique associée ou non à une comorbidité. Très récemment, nous avons mis en évidence que l’insomnie chronique associée à la MP était entretenue par les mêmes facteurs psychologiques (émotionnels, comportementaux et cognitifs) identifiés en l’absence de comorbidité neurologique. Nous avons également montré que la thérapie cognitive et comportementale de l’insomnie était un traitement acceptable pour les patients atteints de la MP et efficace sur les symptômes nocturnes et diurnes de l’insomnie associée à cette affection.