John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

L’hypotension orthostatique : mise au point sur une pathologie fréquente parfois méconnue Volume 20, numéro 4, 2022-12-01

Illustrations


  • Figure 1.

Tableaux

Auteurs
1 Service de gériatrie, hôpital Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt, France
2 Infection et inflammation, UMR 1173, Inserm, UVSQ/U ; service de médecine interne, hôpital Ambroise-Paré, Boulogne-Billancourt, France
3 Service de gériatrie, AP-HP, université Paris-Saclay, France
Correspondance : P.L. Michon

L’hypotension orthostatique (hTO) se définit par une chute de la pression artérielle lors du passage de la position couchée à la position debout. Il s’agit d’une pathologie fréquente, particulièrement chez les personnes âgées, touchant près de 30 % des sujets dans cette population. Son retentissement clinique est important, avec un risque accru de chutes mais également de survenue d’évènements cardiovasculaires comme des accidents vasculaires cérébraux ou une insuffisance cardiaque. L’hTO est également associée à une diminution de la survie. Ses étiologies sont nombreuses, avec une part de iatrogénie importante. La démarche clinique consiste à analyser la réponse cardiaque au passage à la position debout afin de déterminer si la cause est d’origine neurogène ou non. Son traitement repose essentiellement sur des mesures non médicamenteuses, notamment la compression veineuse des membres inférieurs, qui apparaît peu efficace au regard de la littérature sur le sujet. Les thérapeutiques médicamenteuses sont réservées aux hTO dites neurogènes, et montrent des résultats encourageant, même si les critères d’efficacité ont parfois une pertinence clinique discutable.