John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Le phénotype de fragilité chez les personnes vieillissantes avec le VIH : concepts, prévention et enjeux de prise en charge Volume 17, numéro 2, Juin 2019

Tableaux

Auteurs
1 Institut SIlvermed, Centre gérontologique départemental, Marseille, France
2 Unité de soins et de recherche en médecine interne, Hôpital européen, Marseille, France
3 Visage Study Group, COREVIH, Hôpital de la Conception, Marseille, France
4 Médecine interne, gériatrique et thérapeutique, CHU Sainte Marguerite, Assistance Publique, Marseille, France
5 Pharmacie hospitalière, CHU la Conception, Marseille, France
6 Service de Gériatrie, CHU de Nantes, Nantes, France
7 Pôle gériatrique, Centre gérontologique départemental, Marseille, France
8 Institut hospitalo-universitaire (IHU) méditerranée infection et maladies tropicales, Marseille, France
9 Centre d’étude et de recherche sur les services de santé et la qualité de vie, EA 3279, Aix Marseille Université, Marseille, France
* Correspondance
  • Mots-clés : VIH, fragilité, sujet âgé, comorbidités
  • DOI : 10.1684/pnv.2019.0795
  • Page(s) : 123-8
  • Année de parution : 2019

L’espérance de vie globale des personnes vieillissantes avec le VIH (PVVIH) tend à rejoindre celle des patients non infectés, grâce notamment à l’accès à des traitements antirétroviraux efficaces et de mieux en mieux tolérés et à l’amélioration de la prise en charge pluridisciplinaire. Certaines comorbidités ou l’exposition prolongée à un état inflammatoire lié au virus VIH lui-même pourraient être parmi les principaux déterminants physiologiques du phénotype de fragilité chez les PVVIH. La prévalence du phénotype de fragilité chez les PVVIH est fréquente (de 5 % à 28 % selon les études) et précoce (à 50 ans, cette prévalence serait identique à celle des plus de 65 ans en population générale). Le phénotype « pré-fragile » concernerait presque la moitié des patients infectés par le VIH avant 50 ans. L’intérêt de l’intégration de la mesure de la fragilité dans la prise en charge quotidienne des PVVIH n’est pas connu même si les premières données de faisabilité et de prédiction sont encourageantes. L’objectif du repérage précoce de la fragilité chez les PVVIH serait de permettre la mise en place d’interventions ciblées susceptibles d’améliorer l’état de santé globale et de retarder l’entrée dans la dépendance ou la mortalité précoce.