John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Intérêt du dosage de l’alpha-synucléine dans le liquide cérébrospinal dans la maladie à corps de Lewy Volume 16, numéro 3, Septembre 2018

Tableaux

Auteurs
1 Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Laboratoire de biochimie et biologie moléculaire ; CNRS, Laboratoire de neurosciences cognitives et adaptatives (LNCA), UMR7364, Strasbourg, France
2 Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, Centre mémoire de ressource et de recherche (CMRR), Hôpital de jour, Pôle de gériatrie ; CNRS, Laboratoire ICube UMR 7357 ; Fédération de médecine translationnelle de Strasbourg (FMTS), Équipe IMIS/Neurocrypto, Strasbourg, France
* Tirés à part

La maladie à corps de Lewy (MCL) est la seconde pathologie neurodégénérative cognitive après la maladie d’Alzheimer (MA), représentant 15 % à 20 % des cas définis d’un point de vue neuropathologique. Deux tiers des patients atteints ne sont pas ou mal diagnostiqués. Dans cette revue de la littérature, nous évaluons le pouvoir de discrimination de l’alpha-synucléine dosée dans le liquide cérébrospinal (LCS) en nous focalisant plus particulièrement sur le diagnostic différentiel entre la MCL et la MA. Au final, le dosage de l’alpha-synucléine dans le LCS a effectivement un intérêt dans la ségrégation entre la MCL et la MA mais pas dans la ségrégation MCL et sujets âgés sains. Le développement de biomarqueurs tels que la phospho-alpha-synucléine ou les oligomères de synucléine devrait permettre de renforcer la spécificité et donc le pouvoir de discrimination de la MCL par rapport aux autres pathologies démentielles.